Comment l’exercice affecte notre mémoire ?

Une nouvelle étude s’ajoute aux preuves de plus en plus nombreuses que l’exercice physique peut avoir des effets rapides sur les fonctions cérébrales. Ces effets pourraient s’accumuler et entraîner des améliorations à long terme dans le fonctionnement de notre cerveau et dans notre mémoire.

L’exercice, quelle action sur les fonctions cérébrales ?

Pendant longtemps, les scientifiques ont pensé que le cerveau humain à l’âge adulte était relativement fixe dans sa structure et dans sa fonction. Mais de multiples expériences et études récentes ont montré à quel point cet organe est flexible, et capable de se remodeler selon notre mode de vie. L’exercice, par exemple, est connu pour affecter notre cerveau. Selon de nouveaux travaux, une seule séance d’entraînement modérée peut modifier immédiatement le fonctionnement de notre cerveau.

Les chercheurs américaines de l’université du Maryland s’intéressent depuis plusieurs années à l’effet à long terme de l’exercice physique sur les parties du cerveau impliquées dans le traitement sémantique de la mémoire chez les seniors. La mémoire sémantique représente notre connaissance du monde et de la culture dont nous faisons partie. Avec l’âge, c’est souvent l’une des premières formes de mémoire à disparaître.

Le cerveau et les muscles

Pour cette nouvelle étude, publiée dans The Journal of the International Neuropsychological Society, les scientifiques ont recruté 26 hommes et femmes en bonne santé, âgés de 55 à 85 ans, qui n’avaient pas de problèmes de mémoire graves. Deux fois par semaine, les volontaires ont pratiqué 30 minutes de vélo, puis se sont installés dans un scanner cérébral, et ont essayé de reconnaître certains noms plus ou moins connus. Les chercheurs s’attendaient à ce que les zones nécessaires au travail de la mémoire sémantique soient plus calmes après l’exercice.

Ils ont été surpris de remarquer que les parties du cerveau les plus impliquées dans la mémoire sémantique étaient beaucoup plus actives après l’exercice que pendant les moments de repos. Ils ont donc supposé une sorte d’analogie avec les muscles. Lorsqu’on commence à faire de l’exercice, les muscles se fatiguent et brûlent de l’énergie. Mais au fur et à mesure qu’ils deviennent plus développés, ils utilisent moins d’énergie pour fournir le même effort.

Les scientifiques soupçonnent que, de la même façon, l’augmentation de l’activité cérébrale après une première séance de vélo est le prélude à un remodelage qui, grâce à un exercice continu, améliore le fonctionnement de ces zones. Les centres de mémoire de notre cerveau deviennent, en d’autres termes, plus en forme. Les auteurs de l’étude espèrent pouvoir continuer leurs recherches pour définir quelle forme d’exercice et quelle quantité seraient les plus efficaces pour préserver notre mémoire.

HYPNOSE, SOIGNER AUTREMENT

Douleurs chroniques, arrêt du tabac, troubles du comportement alimentaire, phobies, insomnies, ou soins palliatifs… La médecine traditionnelle devient de plus en plus populaire dans les pays industriels. Jusqu’à 80 % de la population y a recours dans les pays du Sud dans le cadre des soins de santé primaires.

Tout comme la sophrologie et la relaxation, l’hypnose s’étend aujourd’hui progressivement dans le monde des soins.

L’hypnose correspond à un état modifié de conscience. Une séance d’hypnose est conduite par un thérapeute qui amène le patient à cet état par des inductions hypnotiques. L’objectif est de remonter à l’origine du trouble afin de l’extérioriser dans le but de le modifier.

HYPNOSE ET CHIRURGIE

Depuis peu, l’hypnose est utilisée en chirurgie et en cancérologie pour éviter l’anesthésie générale. En effet, celle-ci comporte des risques pour les publics fragiles avec des problèmes cardiaques ou respiratoires par exemple. Associée à une anesthésie locale, l’hypnose permet une chirurgie de surface. À l’institut Curie, plus de 70 interventions de chirurgie de cancer du sein ont déjà été pratiquées sous hypnosédation.

UN ESPOIR POUR LES PAYS EN DÉVELOPPEMENT ?

Selon l’Organisation mondiale de la Santé, des essais contrôlés randomisés établissent de manière convaincante que l’hypnose et les techniques de relaxation peuvent soulager l’anxiété, les sentiments de panique et l’insomnie.

Dans les pays en développement, la délivrance de traitements traditionnels ou parallèles sûrs et efficaces comme l’hypnose pourrait jouer un rôle essentiel dans l’amélioration de l’accès aux soins dans un contexte où plus d’un tiers de la population n’a pas accès aux thérapies essentielles.

L’Organisation mondiale de la Santé a lancé en 2002 un plan mondial sur les médecines traditionnelles ou parallèles. Cette stratégie avait pour objectif de prévoir un cadre politique pour aider les pays à réglementer les médecines traditionnelles ou parallèles afin de les rendre plus sûres et accessibles. Plusieurs axes de travail ont été dégagés :

  • élaborer des politiques nationales portant sur l’évaluation et la réglementation de ces pratiques ;
  • établir une base de données plus solide sur l’innocuité, l’efficacité et la qualité des produits et pratiques traditionnels ou parallèles ;
  • promouvoir le recours justifié sur le plan thérapeutique à ce type de médecine, de la part des prestataires de soins comme des consommateurs.

UNE LÉGISLATION FLOUE

Selon le Conseil de l’Ordre des Médecins, l’hypnose est validée par des référentiels solides pour son utilisation dans l’anesthésie. Pour autant, aucune loi ne réglemente actuellement le secteur de l’hypnose en France. Parallèlement, le nombre de praticiens est en constante évolution.

Certains organismes proposent des formations ouvertes aux professionnels comme au grand public mais les diplômes délivrés ne sont pas toujours reconnus.

Des facultés de médecine comme celle de Montpellier ou de Nantes dispensent des diplômes universitaires pour les étudiants en 3e cycle de médecine et odontologie, les docteurs en médecine, sages-femmes, psychologues cliniciens, infirmières et kinésithérapeute.

La prudence doit donc être de mise au moment du choix d’un praticien de l’hypnose.

PORTABLES : Facteurs de cécité temporaire

INDISPENSABLES SMARTPHONES

Rituel avant de s’endormir et premier réflexe du matin, les téléphones portables sont devenus indispensables pour une majorité de Français. Leur usage sein des établissements de Santé fait débat et leur impact sur la santé est toujours l’objet d’études. 

UN PHÉNOMÈNE SANS DANGER

La dernière en date alerte sur les risques liés à l’usage des smartphones la nuit. Publiée dans The New England Journal of Medecine, elle relate des cas de cécité monoculaire temporaire.

Ce handicap dont la durée peut aller jusqu’à 15 minutes a été observé chez deux sujets féminins de 22 et 40 ans.

Après avoir consulté leurs téléphones allongées dans le noir d’un seul oeil, elles ont été victimes d’une désynchronisation des yeux qui provoqué cette cécité. La différence d’adaptation à la lumière des yeux engendre ce phénomène.Impressionnant, il est néanmoins sans danger.

L’utilisation croissante des smartphones conjuguée à des luminosités de plus en plus fortes des écrans devrait accroître ce trouble.

5 Gestes simples pour dépolluer son intérieur

Vous ne le saviez peut-être pas, mais l’air de la maison est autant pollué que l’air extérieur. Animaux domestiques, humidité, produits d’entretien, meubles… Autant de sources de pollution pouvant présenter un danger pour la santé ! Il est alors important d’assainir son intérieur afin de réduire les effets de la pollution. Découvrez vite toutes nos astuces à adopter au quotidien pour une maison plus saine !

Nous passons la plupart de notre temps dans notre maison ! Et pourtant, cette dernière s’avère beaucoup plus polluée que l’air extérieur. En effet, de nombreuses particules toxiques circulent dans notre intérieur. Les raisons de cette pollution sont nombreuses : animaux domestiques, humidité, acariens, produits ménagers ou encore mobiliers. Ces éléments du quotidien représentent autant de danger pour la santé que les gaz d’échappement de la ville. Il est alors important d’adopter les bons réflexes pour assainir son intérieur au quotidien.

Aérer régulièrement

Il s’agit du premier geste à adopter pour assainir sa maison ! En effet, aérer permet de faire circuler l’air et donc de réduire la concentration des polluants présents entre nos murs. Il est ainsi recommandé d’ouvrir ses fenêtres au moins 20 minutes par jour, le matin et le soir ! Un réflexe crucial à adopter même en hiver !

Opter pour les purificateurs d’air

De nombreux matériaux de construction, meubles ou encore peintures dégagent des particules toxiques dans notre maison, et ce même après plusieurs années. Les purificateurs d’air permettent de se débarrasser de ces polluants chimiques et neutralisent également les composés organiques volatiles grâce à un filtre. Cette solution a tout de même un coût : comptez entre 150 et 400 euros pour un purificateur d’air.

Préférer les produits d’entretien écolos

Les produits d’entretien dégagent également de nombreuses particules toxiques dans notre maison. Pour éviter les allergies ou les problèmes respiratoires causés par la diffusion de ces polluants, il est alors conseillé de limiter le stockage des produits ménagers. Mieux encore : optez pour des produits naturels comme le vinaigre ou le bicarbonate de soude pour entretenir votre intérieur ! Retrouvez ici ou ici nos recettes de produits d’entretien maison !

Les plantes

En plus de décorer l’intérieur, les plantes présentent de véritables vertus pour assainir notre maison. En effet, certaines plantes comme l’Aloe vera, le Chrysanthème ou encore l’Azalée permettent d’absorber les particules toxiques et de dépolluer l’intérieur !

Adopter les huiles essentielles

Les bougies parfumées et l’encens dégagent des substances cancérigènes dans la maison. Pour continuer de parfumer votre intérieur de manière naturelle, optez plutôt pour les huiles essentielles ! En effet, ces dernières ne représentent aucun danger pour la santé et ont même des vertus sur l’organisme ! Une bonne alternative aux produits polluants !

 

5 vitamines indispensables pour s’armer cet hiver !

Lorsque les températures baissent, l’organisme est mis à rude épreuve : fatigue, carences alimentaires, rhume… Pour faire face à la saison froide, pratiquer une activité physique et garder son corps bien au chaud sont fortement recommandés, mais pas que… L’alimentation joue un rôle fondamental dans le maintien de notre forme physique, dans cet article nous vous expliquons quelles sont les 5 vitamines incontournables en hiver pour éviter les carences.

1. LA VITAMINE D

Une carence en vitamine D est malheureusement très fréquente, tout particulièrement dans les régions aux longs hivers sombres. La vitamine D (cholécalciférol) est synthétisée au niveau de la peau sous l’effet des rayons du soleil. Le manque de soleil en hiver fait obstacle à la production de vitamine D. Pourquoi cette vitamine liposoluble est-elle si importante pour nous ? Elle renforce le système immunitaire et nous protège contre les infections.

Besoin journalier par manque de soleil : 20 µg/jour

Où trouver la vitamine D ?

  • Poisson (saumon, thon, sardine)
  • Oeufs
  • Produits laitiers
  • Champignons

Remarque : si vous avez déjà une carence en vitamine D, ces aliments ne suffiront pas à la compenser ! Vous devriez plutôt demander l’avis de votre médecin. Un supplément serait judicieux. En hiver, vous devriez prendre 5 000 UI (unités internationales) de vitamine D.

2. LA VITAMINE C

La vitamine C (acide ascorbique) ne vous protège pas contre les rhumes mais contribue à diminuer la durée de la maladie. Une carence en vitamine C implique en outre que votre corps n’est pas apte à se protéger contre les agents pathogènes. Un taux de vitamine C suffisant est donc crucial en hiver !

Besoin journalier : femmes 95 mg/jour, hommes 110 mg/jour

Ces aliments sont particulièrement riches en vitamine C :

  • Poivrons (contiennent presque 3 fois plus de vitamine C qu’une orange)
  • Agrumes
  • Chou (chou vert, brocoli)
  • Légumes à feuilles vertes
  • Canneberges

Consommez-en suffisamment pour éviter une carence.

3. ACIDE FOLIQUE

L’acide folique appartient à la famille des vitamines B. Cette vitamine est essentielle pour la croissance et la multiplication des cellules. C’est pourquoi elle est absolument primordiale pendant la grossesse. Elle joue également un rôle important dans la réplication de l’ADN et de l’ARN. C’est pour cela qu’une carence en acide folique affaiblit le système immunitaire.

Une supplémentation en acide folique est un MUST pendant la grossesse mais également conseillée aux personnes souffrant de maladies de l’intestin ou aux personnes alcooliques, ayant plutôt tendance à souffrir de carences.

Besoin journalier : 300 µg/jour, femmes enceintes 550 µg/jour

Ces aliments sont particulièrement riches en acide folique : 

  • Légumes à feuilles vertes (épinards, chou vert)
  • Betteraves
  • Légumineuses (haricots, pois chiches)
  • Flocons d’avoine
  • Cerises
  • Fraises
  • Cacahuètes

4. LA VITAMINE A

La vitamine A (rétinol) fait partie des vitamines liposolubles. Elle est connue pour ses effets positifs sur l’acuité visuelle. Mais elle a bien d’autres avantages et est particulièrement importante en hiver. Une carence en vitamine A entraîne une diminution de la réponse immunitaire et une augmentation du risque d’infections. Notre corps est capable de produire lui même la vitamine A grâce à la bêta-carotène (précurseur de la vitamine).

Besoin journalier : femmes 0,8 mg/jour, hommes 1 mg/jour

Ces aliments sont particulièrement riches en vitamine A : 

  • Thon
  • Oeufs
  • Produits laitiers
  • Carottes
  • Patates douces
  • Légumes à feuilles vertes (épinards, chou vert, salade roquette)

5. LA VITAMINE E

Un autre membre de la famille des vitamines liposolubles : la vitamine E (tocophérol). Cette vitamine est  un antioxydant puissant, elle renforce le système immunitaire et joue un rôle important dans plusieurs fonctions corporelles. Elle est reconnue comme  (comme le cancer, l’arthrite) et sur le processus de vieillissement. Une carence en vitamine E est assez rare si vous mangez équilibré.

Besoin journalier : femmes 12 mg/jour, hommes 14 mg/jour

Ces aliments sont particulièrement riches en vitamine E :

  • Noix
  • Huiles végétales (de germes de blé, de tournesol, de maïs, de carthame)
  • Céréales complètes

Conclusion :

Vous pouvez éviter une carence en vitamines cet hiver en optant pour une alimentation équilibrée et un style de vie sain. Si vous êtes souvent malade ou fatigué, nous vous conseillons d’en parler avec votre médecin. Il pourra faire une prise de sang et vous prescrire des vitamines ou des minéraux en cas de carences.

Hydratation : boire de l’eau, encore de l’eau !